Terrain

titre méthodologie

Les enquêtes menées dans le cadre de cette pré-étude ont été réalisées à partir de méthodes qualitatives et participatives, en relation avec les différentes parties prenantes que nous avons rencontrées. Cette méthodologie de recherche est complexe, parce qu’elle implique de comprendre puis de faire participer plusieurs acteurs, qu’il s’agisse des patients, des professionnels de santé et des administrations de santé. Pendant 5 mois, nous avons réalisé une enquête en immersion au CHU de Nîmes ausein de l’Unité Sommeil et en cabinet de ville.

 

visuel participants

Titre 3 étapes2

visuel 3 étapes

Plusieurs méthodes d’enquête de terrain ont été mises en place entre les mois de février et juin 2017. Des observations de consultation spécialisée à l’Unité du Sommeil du CHU de Nîmes ont été réalisées avec l’accord des médecins et des patients observés. Des entretiens individuels et en focus-group ont été menés avec les médecins généralistes et spécialistes, les secrétaires, les patients mais aussi du personnel de la CPAM et de l’ARS Occitanie (délégation du Gard) à Nîmes, pour prendre la mesure des différentes contraintes en cabinet de ville et à l’hôpital.

 

photo terrain

Deux ateliers ont été mis en place à partir de méthodes créatives issues du design, avec différents acteurs. Le 1er atelier de concertation a eu lieu le 19 avril sur les pratiques du suivi des troubles du sommeil en cabinet de ville, en dialogue avec le CHU de Nîmes, avec 12 professionnels de santé (médecins somnologues, généralistes, psychologue) et le 2ème atelier de co-conception le 7 juin, avec l’objectif de croiser les regards des professionnels de santé, patients et administratifs afin d’imaginer ensemble comment améliorer la prévention, la prise en charge et le suivi des troubles du sommeil, à partir d’un réseau d’acteurs et de solutions numériques au service de l’éducation thérapeutique pour les patients et les professionnels de santé.

Pour ces deux ateliers, les méthodes visuelles et créatives ont été utilisées pour recueillir leurs représentations sur les troubles du sommeil, comprendre leurs usages des outils numériques, et les amener à formuler leurs attentes relatives à la mise en place d’un réseau pour améliorer la prévention, la prise en charge et le suivi des troubles du sommeil.

 

photo atelier1

photo atelier2

Les méthodes visuelles se sont avérées pertinentes pour favoriser la prise de parole et l’implication des participants dans les ateliers. Cette implication s’explique par le fait que les méthodes visuelles offrent la possibilité aux participants de s’exprimer à partir de plusieurs matériaux qu’ils peuvent mobiliser de manière libre.

Cette approche nous a permis de saisir les craintes, les attentes et les aspirations des parties prenantes, pour pouvoir proposer les solutions les plus adaptées.

L’apport du design et des SHS au champ de la santé et du prendre soin permet de prendre le temps, avec des méthodes qualitatives et participatives de comprendre les contraintes et les représentations des parties prenantes afin d’identifier leurs points de réticence et de créer des leviers permettant d’accompagner le changement.

En acceptant les peurs et réticences des acteurs, et en se mettant à la place des principaux bénéficiaires qui vivent parfois l’innovation comme une injonction, les méthodologies qualitatives peuvent accompagner l’innovation en matière de santé pour acculturer les professionnels et les patients à l’intelligence collective basée sur des méthodes créatives, mais aussi à l’usage du numérique en santé.