Hommage à Michel Jouvet : découvreur du sommeil paradoxal

michel jouvetLe 3 octobre 2017, le neurobiologiste Michel Jouvet nous a quitté, à l’âge de 91 ans.

Cet article vise à rendre hommage à ce pionnier de l’hypnologie, considéré comme l’un des découvreurs du sommeil paradoxal.

 

Apport de Michel Jouvet à la somnologie

Michel Jouvet est l’un des pionniers de la somnologie contemporaine. Son apport le plus novateur sur l’étude du sommeil est la découverte de ce qu’il appelle « le troisième état du cerveau » dénommé « le sommeil paradoxal ». Le Pr Jouvet, se définissait comme un neurophysiologiste, neuro-psychiatre et ethnologue, avec une formation initiale de neurochirurgien. Interne des hôpitaux de Lyon en 1951 et docteur en médecine de la faculté de Paris en 1956, il s’est aussi inscrit en faculté de Lettres pour obtenir un certificat en ethnologie. Il obtient la médaille d’or du CNRS en 1989.

La pensée de ce chercheur se caractérisait par l’usage d’un langage métaphorique pour définir ses concepts, comme en atteste notamment le terme « sommeil paradoxal ».

Sur le continent nord-américain, les chercheurs anglo-saxons distinguaient, à leur manière pragmatique, 2 types de sommeil définis par des critères électrophysiologiques :

  • Le REM Sleep (Rapid Eyes Mouvement Sleep) ou sommeil à mouvements oculaires rapides. Il s’agit du sommeil dans lequel on peut observer des mouvements oculaires sous les paupières closes des dormeurs. C’est le « sommeil paradoxal » de Michel Jouvet.
  • Le N-REM Sleep ou le sommeil sans mouvements oculaires rapides qui comporte 3 degrés de profondeur N1, N2, N3.

C’est d’ailleurs actuellement cette nomenclature qui permet une classification internationale des stades de sommeil, définie par l’American Association of Sleep Medicine.

sommeil reve conscience jouvetPour Michel Jouvet, il existe 3 états du cerveau.

Le premier correspond à la veille ou plus précisément l’éveil. C’est l’état cérébral présent la journée pendant lequel l’ensemble de l’organisme est en action : le cerveau fonctionne avec des ondes rapides, moyennement amples, les muscles sont en tension permanente, le cœur accélère son rythme… On l’objective sur des critères comportementaux qui définissent la vigilance : ouverture spontanée des yeux, réponse verbale, motricité spontanée (score de Glasgow).

Les deuxième et troisième états se rencontrent dans le sommeil : le sommeil lent ou télencéphalique (le N-REM Sleep), et le sommeil paradoxal ou rhombencéphalique.

L’intérêt de cette dénomination repose sur l’ouverture de la signification de cet état. Ce sommeil est en effet paradoxal parce que le cerveau fonctionne d’une manière proche de l’état de veille : les ondes cérébrales sont rapides et les yeux bougent comme en éveil. La deuxième chose, que Michel Jouvet a découvert, c’est que cet éveil cérébral contraste avec l’absence totale d’activité musculaire. C’est aussi un sommeil paradoxal parce que c’est pendant ce 3ème état du cerveau que se déroulent les rêves les plus vivaces et scénarisés.

Ainsi, les concepts qui se dégagent de la pensée de ce chercheur francophone, grâce à leur énonciation métaphorique, ont une force qui se répand souvent au-delà de son origine. Je pense à Roustang qui définit l’état d’hypnose, un autre état modifié de conscience, comme un état de « veille paradoxale ».

Le rôle de la sérendipité et des rêves dans la construction de l’individu et de sa personnalité 

sommeil reve jouvetJouvet met l’accent sur son cheminement de pensée qui l’a dirigé vers la découverte du sommeil paradoxal. Il y décrit le phénomène de sérendipité et la nécessaire ouverture d’esprit requise pour en profiter. C’est aussi en rêvant qu’il a eu des illuminations qui lui ont permis de faire avancer ses recherches.

Pour lui, « le sommeil paradoxal aurait pour fonction de relayer la neurogenèse, en assurant la programmation génétique de l’individu. Non pas la programmation des comportements instinctifs de l’espèce, qui sont mis en place une fois pour toutes lors de la neurogenèse, mais celle des comportements spécifiques de l’individu. Les rêves seraient des moments de reprogrammations génétiques de l’individu, qui maintiendraient fonctionnels les circuits synaptiques responsables de son hérédité psychologique, celle qui est responsable de ses réactions idiosyncrasiques » (Source : entretien avec Michel Jouvet)

Ses hypothèses concernant la fonction du rêve invalident, selon lui, celles de Freud, et sont plus proches des théories jungiennes sur la fonction des rêves.

Son œuvre et sa vie témoignent d’un dynamisme extraordinaire et le parcours de ce penseur atypique se caractérise par sa capacité à se laisser guider par des idées nouvelles, son imagination et à écouter ses rêves et son désir. Michel Jouvet laisse ainsi toute une œuvre à (re)découvrir pour tous ceux qui s’intéressent à au sommeil, aux rêves et aux états de conscience modifiée.

R.I.P le sorcier du sommeil !

Ressources en ligne

Réécouter l’émission de France culture diffusée le 12/04/2013, avec Jean-Yves Nau, Damien Léger et Michel Jouvet : Comment Michel Jouvet a-t-il découvert le sommeil paradoxal ?

Portail de l’université de Lyon sur le sommeil, les rêves et l’éveil 

Sélection d’ouvrages

Neurophysiologie des états de sommeil, Paris, CNRS, 1965.

Le sommeil et le rêve, Paris, Odile Jacob, 1992.

Le voleur de songes, Paris, Odile Jacob, 2004.

De la science et des rêves : mémoires d’un onirologue, Paris, Odile Jacob, 2013.

Le sommeil, la conscience et l’éveil, Paris, Odile Jacob, 2016.

Article écrit par Gauthier Brisson.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s